Guide formation

L’évolution constante des besoins sur le marché du travail exige une employabilité accrue. Le Code du travail énonce qu’il est du droit du salarié de bénéficier de formations professionnelles. Celles-ci peuvent être requises par l’entreprise ou par l’employé, selon la situation. Souvent, les employeurs y ont recours pour développer leurs activités et la performance de leurs équipes.

Qu’est-ce qu’une formation professionnelle ?

La formation professionnelle est un droit acquis par les demandeurs d’emploi ainsi que les salariés résidant en France. Elle peut être suivie en continue ou en initiale selon le choix et la situation du bénéficiaire. La formation initiale se présente sous forme de cours dispensés dans un établissement d’enseignement professionnel.

Il s’agit d’un dispositif de renforcement de compétences. Le but de cet appui est donc de soutenir les salariés et les demandeurs d’emploi dans l’évolution de leurs aptitudes professionnelles.

Plusieurs avantages pour les bénéficiaires découlent de cette initiative :

  • L’évolution professionnelle ;
  • La préparation des futurs métiers ;
  • Le développement des compétences.

Comment peut-on se former ?

Il existe plusieurs moyens de se former et d’acquérir de nouvelles compétences pour être à jour sur son métier :

  • Les organismes de formation professionnelle pour adultes permettent de choisir une compétences ou un ensemble de compétences à approfondir.
  • Les plateformes e-learning.
  • Les cours particuliers avec des professionnels qui ont les compétences que l’on souhaite acquérir.
  • Le Compte Personnel de Formation (CPF) permet aux personnes actives d’accumuler des droits de formation permettant ainsi de financer leur besoin de formations tout au long de leur carrière même si au cours de leur parcours professionnel, elles sont inactives (chômage par exemple).

Comment accéder à une formation professionnelle ?

L’accès à la formation professionnelle dépend de l’initiateur du projet. Si la demande vient de l’employeur, un plan de développement de compétences est établi.

Il est possible que le programme pour le soutien professionnel émane de la volonté du travailleur ou du demandeur d’emploi. Dans ce cas, plusieurs dispositifs y donnent accès :

  • Le Compte personnel de formation (CPF). Certaines conditions sont à remplir pour y être éligible ;
  • Le projet de transition professionnelle : il est accessible à tous, même aux apprentis ou ceux en contrat de professionnalisation ;
  • La validation des acquis de l’expérience (VAE) : elle permet de certifier les pratiques acquises durant le parcours professionnel.

Quel financement à la formation professionnelle ?

Pour financer les formations professionnelles, de nombreux moyens sont disponibles, selon le profil du bénéficiaire.

  • Anciennement le Droit individuel à la formation (DIF), le CPF est crédité en euros depuis 2019. L’alimentation du CPF varie selon le statut du travailleur. Cependant, les formations à suivre doivent répondre à certains critères pour y être éligible.
  • Le Congé de Transition Professionnelle (CTP) a remplacé le congé individuel de formation (CIF). Il est souvent mobilisé pour les reconversions professionnelles. Le CTP prend en charge la rémunération du stagiaire si la formation se déroule sur les heures de travail. Aussi, les frais pédagogiques et de fonctionnement sont couverts par ce dispositif.

Qu’est-ce qu’un organisme de formation ?

Un organisme de formation professionnelle est une entité qui propose des cursus de formation continue. Il peut s’agir d’une personne physique ou bien morale. Ce domaine engage toute forme de prestations qui peuvent être liées à la professionnalisation prévues dans l’article L6313-1 C.

Le but de la formation professionnelle est de  :

  • Développer les compétences des inscrits ;
  • Soutenir ceux qui ont cessé leur activité professionnelle dans le but de prendre soin de leurs enfants ou d’un proche dépendant ;
  • Contribuer à la réinsertion professionnelle, le maintien ou l’insertion à l’emploi d’un individu.

Pour les salariés, la participation à une formation professionnelle peut être à l’initiative de l’employeur ou du travailleur. Dans ce premier cas, cela fait suite à l’inscription du stagiaire au plan de formation de son entreprise. Pour le second, cela consiste à passer des bilans de compétences, à prendre des congés de formation, etc. Aussi, il est possible que les formations découlent d’un contrat de professionnalisation ou d’une convention de formation.

Comment bien choisir un organisme de formation ?

Tout d’abord, il faut vérifier l’agrément de l’organisme par l’État. Outre l’aspect légal, ce facteur indique également que le centre fait appel à des intervenants reconnus. Cela atteste alors de la qualité et de la conformité des cursus proposés. Ce critère peut être appuyé par les certifications que possède l’organisme. Il est donc préférable de favoriser ceux qui ont une qualification Qualiopi par exemple.

Les moyens déployés ainsi que les méthodes de transmission des compétences sont également importants. Les salles de cours, l’accompagnement pendant mais aussi après les formations sont autant de critères à observer. D’ailleurs, il est recommandé de se renseigner sur le nombre de stagiaires par groupes.

De même, la transparence de l’organisme de formation vis-à-vis de ses apprenants est un critère indispensable. Les coûts de la prestation, les conditions de règlement, … doivent être mentionnés dans le contrat de formation. Aussi, l’éligibilité au CPF constitue un avantage considérable. Cela permet alors de faciliter le financement du cursus choisi.

Allons à l’essentiel pour réussir votre projet

Accompagner avec pragmatisme les entreprises qui veulent réussir leurs projets de formations et l’ambition qui nous anime tous les jours.